Langue

Devise

Découvrez nos villas

Déguster les bons rhums de l’Île Maurice

Rédigé le : 22 Juillet 2019
Par : Melchior Burin des Roziers
Déguster les bons rhums de l’Île Maurice

Quand on arrive à l’île Maurice, la première envie qui nous vient à l’esprit, c’est de mettre son maillot de bain et filer à la plage sur le sable blanc pour se détendre au soleil, entre les cocotiers et l’eau turquoise. Mais une autre envie va bien vite faire son apparition : celle de siroter un bon cocktail en goûtant aux saveurs des bons rhums de l’île. Du coup, nous avons décidé de vous en dire un peu plus sur ce délicieux breuvage tropical.

>>> Nos villas de luxe à Maurice

Petit historique du rhum à Maurice

Petit historique du rhum à Maurice

L’Île Maurice, c’est un petit coin paradisiaque du sud-ouest de l’Océan Indien, avec un fort taux d’ensoleillement, avec des sols rouges argileux volcaniques et fertiles, avec un bon taux d’humidité… tout ce qu’il faut pour cultiver au mieux la canne à sucre. Les premiers colons hollandais l’avaient bien compris, c’est pourquoi ils l’ont introduite depuis Java en 1639, surtout dans l’idée d’assurer leur production d’arak. Mais quand ils s’en vont en 1710, c’en est fini et ils détruisent leurs installations.

1715, c’est au tour des Français de débarquer sur l’Île Maurice et d’en prendre possession. Rebaptisée “Isle de France”, l’île voit naître ses premières sucreries vers 1740. Mahé de La Bourdonnais fait fabriquer le Guildive, un breuvage grossier dont l’étymologie vient de l’anglais Kill Devil (Tue Diable). Peu à peu, la production de rhum évolue jusqu’à ce que sa qualité lui permette de devenir une boisson exportable. A l’aube du XIXème siècle, l’île Maurice obtient l’exclusivité de cette production face à la Réunion. En 1830, on compte 135 distilleries à Maurice, devenue entre temps une île anglaise.

En 1933, les autorités britanniques interdisent la production d’alcool mal distillé et n’autorisent que celle du rhum “traditionnel”. Il n’est donc pas possible de fabriquer du rhum aromatique du fait de ces nouveaux taux réglementaires d’alcool. Cette interdiction est levée en 2001 et l’Etat mauricien autorise  de nouveau la production de rhum de caractère. 5 ans plus tard, une loi permet la fabrication de rhum à partir de jus de canne. C’est la renaissance du rhum de l’île Maurice. 

Aujourd’hui, on peut compter 6 distilleries sur l’Île Maurice : 
  • Celles qui produisent du rhum agricole : Saint Aubin, Chamarel et Labourdonnais (Mascareigne).
  • Celles qui offrent un rhum traditionnel : Oxenham, Gray’s et Medine. Ces deux dernières sont les seules rescapées du XXème siècle.

On peut dire que le rhum est devenu un secteur de premier ordre dans l’économie mauricienne puisque les recettes de l’exportation du fameux breuvage ont presque doublé depuis 2010.

Quelques bouteilles de rhums à déguster sur l’île Maurice

Quelques bouteilles de rhums à déguster sur l’île Maurice

Chamarel

Cette marque n’utilise que des cannes coupées à la main, fraîches et sans brûlage. Deux bouteilles se démarquent :

  • Chamarel - rhum très vieux - VSOP
Un rhum agricole fabriqué à partir d’un jus de canne de qualité, localement appelé “frangourin”. La couleur de ce rhum est d’un bel d’or. Son nez est racé et dominé par des notes de fruits secs et de fruits exotiques. On décèle un fin boisé, légèrement toasté avant d’évoluer sur des notes plus fraîches de vanille, d’épices et de parfums plus herbacés. En bouche, l’attaque est sèche mais sans astringence et l’équilibre du nez reprend rapidement le dessus en dévoilant des notes gourmandes et pâtissières de miel, d’amande grillée et de brioche. La finale évolue sur des notes de poivre et de chêne. 
 
  • Chamarel - rhum hors d’âge - XO :
Ce rhum agricole de 6 ans d’âge fait, lui aussi, la fierté des habitants de l’île. Il offre également une robe d’or et son nez primaire dévoile un bel équilibre entre des notes d’épices et de fruits. Le second nez évolue sur des parfums plutôt boisés avec de fines notes de vanille et de fruits séchés. Sa bouche est intense et dense, dominée par les épices, la vanille et les fruits tels que la figue ou la prune. Le tout est enveloppé de subtiles notes de toffee. Belle longueur, finale intense et sèche. 


Pink Pigeon

Le nom de ce rhum fait référence à une espèce de pigeon rare, endémique de l’île Maurice. Cette marque de rhum épicé a élaboré sa recette avec un embouteilleur britannique très connu : Berry Bros & Rudd. C’est la distillerie Medine qui assure la fabrication de Pink Pigeon, autrement dit la plus ancienne de l’île à être encore en activité puisqu’elle s’est installé au sud-ouest de Maurice en 1926. Elle est adossée à une grande sucrerie dont elle récupère une mélasse riche. 

>>> Nos villas de luxe au sud-ouest de l'Île Maurice

Pink Pigeon est un rhum ambré distillé quatre fois, ce qui est assez atypique. Goûtez donc à ce rhum arrangé qui vous offrira des parfums de vanille, d’écorces d’orange et de pétales d’orchidées sauvages. 

Si vous vous intéressez à la distillerie Médine, goûtez également le Penny Blue XO, élaboré à partir de mélasse et vieilli en fûts de whisky, Cognac et Bourbon. 

Bonnes vacances à l'île Maurice !